Jean Baptiste MONNOYER

dit Baptiste Monnoyer l'Ancien

Qui était Jean Baptiste MONNOYER ?

Né le 19 juillet 1636 à Lille. Mort le 16 février 1699 à Londres. XVIIe siècle. Actif aussi en Angleterre. Français.

Peintre de fleurs, graveur à l'eau-forte.

Jean Baptiste MONNOYER dans le monde artistique

Il commença ses études artistiques à Anvers, où il fut surtout sensible à l'exemple de Davidsz de Heem. Après quelques essais de peinture d'histoire, Monnoyer se consacra à la peinture de fleurs et de fruits, "petit genre" dans lequel il allait connaitre les plus grands succès. Vers 1655, il vint à Pari. Il y travailla à l'Hôtel Lambert, à l'Hôtel Lauzun ; il fut appelé à Vaux-le-Vicomte. Lebrun l'employa à la décoration de nombreux châteaux royaux : Vincennes, Saint-Cloud, Versailles, le Grand Trianon, Marly. En conséquence de ces succès, il fut reçu à l'Académie le 14 avril 1663 ; il devait être nommé conseiller le 1er juillet 1679. Curieusement, il n'exposa qu'une seule fois au Salon, en 1673, et sous le nom discret de Baptiste.

Malgré ses succès parisiens, il accepta la proposition de Lord Montagu, alors ambassadeur d'Angleterre, de partir pour Londres, vers 1685. Il y décora Montagu House, le château royal de Kensington, pour la reine Marie II et pour la reine Anne. Sa réussite y fut au moins aussi importante qu'en France. Il eut à décorer un nombre considérable de demeures des personnages de la haute société, et il passa en Angleterre les vingt dernières années de sa vie.

Style(s), technique(s) et oeuvres de Jean Baptiste MONNOYER

Quand il était encore en France, il donna des cartons de tapisseries pour la Manufacture des Gobelins. Il collabora parfois, pour les éléments de natures mortes, à de grandes compositions décoratives. Il a aussi gravé un certain nombre de planches de vases de fleurs. De sa formation en Flandre, il garda la somptuosité d'une couleur comme émaillée. Son sens décoratif venait plutôt des exemples italiens largement répandus à travers l'Europe. C'était, dans le genre de la nature morte et surtout de la nature morte de fleurs, exactement l'art qui convenait à la cour, dont le ton était donné et controlé par Lebrun. Les fleurs et les fruits s'y ordonnent avec les éléments d'une mise en scène fastueuse, voire pompeuse : vases antiques, objets précieux, riches tentures lourdement drapées, parfois devant un fond d'architecture.

Dans les Fleurs, fruits et objet d'art, du Musée Fabre de Montpellier, peinture de 1665, la nature morte est disposée devant une tapisserie qui s'ouvre sur un paysage. Selon les époques de sa carrière, Monnoyer introduisit dans ses compositions des figures d'enfants, ainsi que des animaux. Que ce soit pour ces êtres vivants, pour d'éventuels paysages ou pour des architectures, il n'avait aucun souci de faire naturel ; la grâce et le faste étaient son propos.

Il eut de nombreux imitateurs, notamment son fils Antoine, son autre fils Baptiste ayant surtout peint des compositions religieuses en Italie.

Christophe Lachaux antiquaire
Achète toute oeuvre de l'artiste Jean Baptiste MONNOYER.


Image JPG, au moins 200x200px, max. 5Mo

Cliquez ou glissez-déposez des fichiers ici

pour ajouter des images à votre message