APRÈS LE 11 MAI 2020 JE RESTE À VOTRE DISPOSITION EN RESPECTANT LES GESTES BARRIÈRES.

« Soyons forts et unis »

Jean DUFY

Né le 12 mars 1888 au Havre (Seine-Maritime). Mort en mai 1964 à Boussay (près de Nantes, Loire-Atlantique). XXe siècle. Français.

Peintre de compositions animées, sujets divers, paysages, marines, natures mortes, peintre à la gouache, aquarelliste, décorateur.

Dans une famille de deux enfants, il était le jeune frère de Raoul Dufy. Le milieu familial était ouvert aux arts, particulièrement à la musique. Dès l'âge de quatorze ans, Jean Dufy montra des dons artistiques, qu'encouragèrent aussitôt son frère Raoul et l'ami de celui-ci, Othon Friesz. Jean Dufy montait alors aussi des pièces de théâtre, qu'il jouait en famille. Il entra à l'Ecole des Beaux-Arts du Havre, où avaient été élèves sont frère Raoul, Friesz et Braque, mais il la quitta tôt pour rejoindre son frère à Paris, qui fut son véritable maitre. Il eut à cette époque la révélation des voyages, il parcourut l'Europe de l'Ouest et l'Afrique du Nord. La Première Guerre mondiale, qu'il accomplit comme cavalier, interrompit toutes ses activités.

A partir de 1920, il exposa de nouveau ses peintures à Paris, notamment au Salon d'Automne, dont il est déjà sociétaire. De même que son frère, il eut des activités dans les arts dits décoratifs, notamment dans le textile pour les soiries de Lyon, et pour les porcelaines de Limoges. En 1966, la galerie Reine de New York organisa une exposition rétrospective de son oeuvre.

La comparaison de son oeuvre avec celle de son frère est inévitable. Il a également pratiqué surtout l'aquarelle, parfois il travaillait aux encres d'imprimerie. Les thèmes sont sensiblement ceux de son frère : vue de Paris ou de quelques autres villes, scènes du cirque, courses de chevaux, scènes de plage, orchestres, etc. Précisément, les orchestres qu'il a peints, ont permis à la critique d'essayer d'établir les différences que son écriture présente par rapport à celle de son frère. On a dit que l'écriture de Raoul Dufy était un "staccato", rythme classique dans un tempo vif, tandis que Jean Dufy, lui-même bon joueur de guitare classique et amateur de jazz, pratiquait un rythme plus coulé, aux sonorités plus confidentielles, à base de bleus profonds, qu'animent les rouges et les verts, tandis que les jaunes viennent poser les accents de lumière. Tandis que Raoul Dufy s'attache souvent à disséquer chacun des éléments qui entrent dans une de ses compositions, souvent avec humour ou tendresse, en tout cas avec acuité, Jean Dufy est plus sensible au panorama global de la scène représentée, la particularité, l'individualité, le touchent moins.
Ainsi dans sa vie a-t-il fui la compagnie, la société, retiré presque de tout temps et jusqu'à sa mort dans sa ferme du Pays de Loire, y peignant pourtant abondamment les sujets pleins de fraicheur, d'amour de la vie, qu'il empruntait à son aîné, ce qui explique peut-être une mysanthropie d'insatisfaction.

Christophe Lachaux antiquaire
Achète toute oeuvre de l'artiste Jean DUFY.


Image JPG, au moins 200x200px, max. 5Mo

Cliquez ou glissez-déposez des fichiers ici

pour ajouter des images à votre message